Jeudi 24 avril 2014
Accueil / Réflexions / Burn out chez les born again
Burn out chez les born again

Burn out chez les born again

Phénomène nouveau et inquiétant sans doute, mais l’augmentation du nombre de burn out est de plus en plus souvent signalée chez les born again ! Je m’explique : de plus en plus de cas de dépression liée à la charge pastorale sont signalés un peu partout dans le monde et tout particulièrement en Occident et en Europe. Même si les pasteurs ne sont pas les seuls born gain du monde, ils en sont le fer de lance.

D’inquiétantes statistiques européennes mettent en évidence un nombre de suicides chez les pasteurs, de plus en plus significatifs. Le stress lié au travail, la pression du résultat et parfois le rejet suite à une faute morale, conduisent ces born again à un acte désespéré.

C’est assez difficile à admettre pour nous autres ministres du culte, et pourtant, cette réalité pourrait bien nous rattraper si personne ne cherche à prendre la mesure réelle de cette tendance.

C’est vrai que chez les born again que sont aussi les pasteurs, le recul de l’évangélisation un peu partout en Europe provoque toutes sortes de frustrations, surtout dans les mouvements qui ont tout misé sur ce travail. Par conséquent, beaucoup de questions, de remise en cause, sans y avoir forcément de réponses, et sans oublier un sentiment d’échec profond, qui ne fait qu’aggraver les choses.

Sans doute que l’inactivité joue aussi pas mal de mauvais tours à certains, qui sans même s’en rendre compte, y ont sombré, faute de relever les défis proposés.

Indéniablement, les rejets de toutes sortes exacerbent le problème. Je ne sais pas s’il en est ainsi partout en Europe, mais un pasteur pris en faute, dans certains milieux évangéliques, est radié d’office et à vie. Ce qui, quand on y réfléchit, est épouvantable. Il se retrouve du jour au lendemain sans travail, sans revenu, sans chômage et sans repère, puis-je ajouter sans ami ! Rebondir était encore possible il y a quelques années, aujourd’hui c’est quasiment impossible. Et du coup, les dépressions s’accumulent et parfois les gestes désespérés suivent.

La vraie souffrance des born again ne devrait pas être laissée de côté. Ce sont des êtres humains comme les autres et il est important de tendre la main. Souvent, l’attitude des croyants à l’égard de leur leader ne fera qu’accentuer la crise. Mais ce serait trop simple de trouver comme seule et unique explication, la volatilité et le manque de sérieux des ouailles.

S’occuper des autres est un sacerdoce, plus encore lorsqu’il s’agit d’un pastorat. Le complexe que font certains à l’égard de ce ministère, les pousse à en faire toujours plus, afin de ne pas laisser une seule minute l’impression qu’ils ne sont que des oisifs privilégiés par l’existence. Ce qui est très loin d’être le cas pour la majorité d’entre eux.

Evoluer dans un contexte apaisé est une chance pour un pasteur. Pas de pression particulière, pas de souci financier, pas de menace ou de chantage. Mais c’est sans doute de plus en plus rare et ceci explique sans doute cela !

Regardez donc votre pasteur préféré d’un peu plus près pour savoir comment il va, ne vous fiez pas à sa réponse, un pasteur ne se plaint en principe jamais. Mais regardez ce qu’est sa vie, s’il a du temps pour lui, pour se reposer, pour être en famille, pour profiter de ses vacances ! Et s’il est devenu un bourreau de travail qui n’écoute plus personne, inquiétez -vous pour lui et agissez vite.

Samuel Foucart

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *